Interview

Deux stagiaires Science Po pour le prix d’un

Publié le 4 mars 2016 par Nicolas Gerchenzon
Nous avions prévu d’attaquer la production de contenus à partir du mois de janvier. Vu l’ampleur de la tâche, on s’est dit qu’il nous fallait un coup de main. On s’est donc lancé en novembre dans le recrutement d’un stagiaire pour nous assister sur la partie création de contenus et animation des réseaux sociaux. Présentation d’une campagne de recrutement qui sort un peu des sentiers battus.

Lorsqu’on a rédigé l’annonce, on s’est sincèrement demandé si nous allions avoir beaucoup de candidatures. Quand t’as une boîte même pas créée, sans site web (une pauvre landing page même pas responsive1) et que tu proposes la rémunération minimum pour un stage, tu te dis que les étudiants vont certainement préférer aller voir ailleurs. Contre toute attente, ça a plutôt bien fonctionné. Grâce à notre annonce à peine sexy précisant que nous étions une « jeune startup » en démarrage et qu’on souhaitait se différencier en bâtissant une marque « décalée » autour de « valeurs fortes », on a obtenu une flopée de réponses. La com’ est aussi un secteur qui a toujours eu le vent en poupe et c’est certainement plus facile de trouver des candidats que pour un stage de logistique en transport maritime.

J’ai donc procédé à une première shortlist en leur demandant de m’envoyer une vidéo de 3 minutes dans laquelle ils devaient se présenter. Là aussi, tout le monde a joué le jeu. L’exercice fut intéressant et l’on pouvait déjà cerner les personnalités, l’énergie et la créativité de chacun. C’était un recrutement très « connecté » où chacun d’eux a dû faire un choix sur le moyen de me faire passer sa vidéo : un lien Youtube, un fichier sur le Google Drive ou encore via Whatsapp. À partir de là, j’ai procédé aux entretiens de trois candidats, dont deux ont eu lieu via Skype et le troisième autour d’un café, dans un bar grenoblois. Parmi eux, se trouvaient deux étudiants de Sciences Po Grenoble et une étudiante d’école de commerce de Nantes.

On a choisi Garance et Romain

Nous étions plutôt à la recherche d’une personne sachant manier la plume et ayant une sensibilité en communication. De par leur formation et leurs expériences professionnelles, les deux candidats de Sciences Po se sont naturellement détachés :

  • Garance, tout d’abord, dégageait un véritable dynamisme et se sentait proche de nos valeurs. Elle était en échange en Irlande, disponible dès le début janvier et paraissait extrêmement motivée.

  • Romain, calme et serein, m’apprit qu’en réalité, il n’avait pas de stage obligatoire à faire, qu’il avait cours tout le trimestre mais que notre annonce l’avait particulièrement intéressé.

Débrief avec David et Emeric : Garance paraît être la candidate la plus adaptée mais le cas de Romain, malgré sa disponibilité partielle, nous interpelle. Après quelques arrangements avec l’IEP, nous pouvons finalement prendre les deux.

Ils ont choisi LPE

On est tous passé par la case stage … Là où certains s’y prennent au dernier moment, d’autres prennent cette obligation comme une véritable opportunité. Le projet LPE est particulier. Instinctivement, on ne se dit pas que deux jeunes vont être sensibles aux problématiques de solidarité entrepreneuriale, ou aient particulièrement envie de participer à un projet finalement assez complexe et technique. Voici leurs petits témoignages (et n’hésitez pas à parcourir la page équipe pour en savoir plus).

Garance

« Au gré de mes pérégrinations sur Indeed2, je suis tombée tout à fait fortuitement sur l’annonce des petits entrepreneurs, mais direct elle m’a tapé dans l’oeil. Je l’avoue, ça a surtout réveillé un vieux rêve enfoui. À l’époque de ma cinquième, j’ai eu la géniale idée (j’en étais intimement convaincue à l’époque) d’un cahier numérique (dans ce style ), et avec la naïveté que l’on peut avoir à cet âge, j’ai voulu créer ma boîte / déposer un brevet / récolter des fonds / lancer la production /… On m’a ri au nez. À partir de là, j’ai voulu créer une structure d’aide et de collaboration entre les entrepreneurs. Mais LPE m’a devancé, alors je me suis ralliée à leur cause ! »

Romain

« Étudiant en troisième année à Sciences Po dans le domaine du management, monter ma boite, et devenir mon propre patron m’a toujours bien botté. Quoi de mieux pour approfondir tout ça qu’intégrer une startup qui aide les entrepreneurs ? Ni une, ni deux, j’envoie ma candidature… Quelques entretiens plus tard, me voilà stagiaire chez LPE … à mi-temps ! Une solution gagnant-gagnant qui me permet de concilier ma volonté de faire mes premiers pas dans le domaine de l’entrepreneuriat et qui leur permet d’avoir un coup de main quelques heures par semaine. Que l’aventure commence ! »

Ils nous ont rejoint depuis le 11 janvier. Ils sont en train de tailler leurs crayons et de chauffer leurs poignets pour monter en puissance. Ils prennent petit à petit plus de responsabilités, et rédigent seuls leurs premiers articles. En espérant que vous prendrez plaisir à les lire et les découvrir, autant qu’on prend du plaisir à les exploiter !