Événement

LPA#3 : Suite et fin du test Solidating

Publié le 16 mai 2016 par Nicolas Gerchenzon
10 min.
Pour cette quatrième édition des Petits Apéros Grenoble, nous souhaitions continuer la réflexion autour de notre concept Solidating, déjà précédemment testé dans une formule assez spontanée et bricolée. Nous avons tenu compte de nos apprentissages et sommes revenus avec quelques ajustements et une préparation complète. On ne peut cependant tout prévoir, mais on peut assurément encore mieux anticiper. Retour sur ce riche apéro qui nous aura offert les derniers enseignements utiles à la conception de notre application.

Nous avons cette fois posé nos valises dans un nouveau bar grenoblois, découvert lors d’un Café Voyage et qui nous avait bien plu : le Plateau. En plus de la déco agréable et des bons produits à déguster, nous avons pu réserver une salle à l’arrière qui nous offrait un espace dédié. La dynamique Séverine BRUNI nous a aidé à préparer la soirée et à communiquer autour de l’événement.

Une préparation solide …

Améliorer le questionnaire préalable et la présentation in situ

Etiquettes orgabnisation Petits Apéros

Du dernier apéro (cf article connexe : LPA #2 : à votre solidarité), nous avions pu tirer de précieuses conclusions nous aidant à avancer dans la création de notre concept d’événement solidaire : Solidating. Pour rappel, au travers d’un formulaire (que nous avons amélioré suite à nos observations), chacun déclare des besoins d’une part et des compétences d’autre part. Nous nous chargeons ensuite de faire correspondre les besoins des uns avec les compétences des autres. Sur place, nous avions imprimé au préalable un volet besoins « ils ont besoin d’un coup de main » et un volet compétences « ils peuvent donner un coup de main », chapeautant des vignettes thématiques (des rubriques et catégories telles que fiscalité, sécurité sociale, création, partenaire, etc.). Le principe des Post-it avait été conservé pour placer les noms des participants aux bons endroits.

Faciliter la présentation de chacun et l’application du concept

La grosse nouveauté fut la création et pré-impression, pour chaque participant, de mini fiches profil au format A5 à se mettre autour du cou : prénom, métier, besoins et compétences d’un côté, et de l’autre, un mini programme, notre démarche ainsi que la vocation des Solidatings. Nous avions également prévu des petites fiches de notes et des stylos.

Fiches profil

Aussi, pour stimuler les rencontres, nous avions préparé, via Slides.com, une petite animation visuelle permettant d’habiller un peu l’évènement, comprendre le concept Solidating et surtout de faire apparaître régulièrement les correspondances entre deux participants (Bidulin + Biduline), le tout diffusé sur un grand écran.

Concept Solidating

Enfin, les membres de notre équipe étaient tous coiffés de bien jolis chapeaux, de quoi nous reconnaître en un clin d’oeil.

… et des déconvenues imprévisibles

Malchance, une heure avant ce Petit Apéro, une pluie diluvienne s’abattait sur Grenoble, en décourageant probablement plus d’un. Si bien que 50% des inscrits ne sont pas venus, rendant alors orphelins certains besoins et certains compétences que nous avions idéalement et préalablement couplés.

À partir de 19h, les participants waterproof sont arrivés par petits groupes. Notre équipe, bien préparée, leur a remis leurs mini fiches, leurs Post-it, le programme tout en expliquant succinctement le déroulement. Ils devaient ensuite se diriger vers une grande vitre ou nous avions placé le dispositif besoins-compétences. La pluie aura eu raison de la motivation de certain, mais aussi de nos Post-it … en créant une atmosphère suffisamment humide pour empêcher toute adhérence sur ce type de support. Il faisait trop chaud la dernière fois, trop humide cette fois … acharnement climatique !

De nouveaux constats …

La soirée fut une nouvelle fois très conviviale, et les riches et nombreux échanges se sont poursuivis jusqu’à 23 heures.

Sur la quarantaine de participants, la majorité était des entrepreneurs ayant plus de trois ans d’activité. Il y avait également quelques jeunes créateurs et porteurs de projet. Le travail réalisé en amont pour pré-remplir les fiches profil et traiter les formulaires a été vain dans la mesure où une bonne moitié des inscrits n’est pas venue. Garantir la présence de tous est bien complexe … tout comme garantir les compétences et besoins réellement présents ! Le système des Post-it a plutôt bien fonctionné (hors problème d’adhérence) dans le sens où il permet toujours d’identifier simplement les personnes à mettre en relation. Le support reste contestable, mais pas le principe ! Au demeurant, certains constats sont criants.

Difficulté à exprimer des besoins et auto-qualifier ses compétences

Beaucoup de participants ont eu du mal à déclarer leurs besoins. Nous pensions pouvoir étendre la notion de problèmes (qui était le mot choisi à la place de besoin à l’époque) grâce à la simple déclaration « ils ont besoin d’un coup de main ». Mais ceci est encore insuffisant. Il faut donner des idées et suggérer une façon d’exprimer ce besoin. Concernant leurs compétences, ils mettaient souvent en avant leur savoir-faire métier. Les entrepreneurs disposent pourtant de réseaux, d’outils et de savoir-faire qui vont bien au delà de leur simple métier. Bien plus qu’une compétence métier, c’est une expérience et un ensemble d’éléments composant l’individu qui peuvent avoir beaucoup de sens à être partagée solidairement.

Le support de mise en relation encore insuffisant

Le problème a été ensuite de faire la mise en relation. Au dernier apéro, nous connaissions bien la plupart des personnes et nous avions une trentaine d’entrepreneurs. Avec une quarantaine, il est déjà beaucoup plus difficile de trouver qui est qui. De plus, des individus partent sans que nous le sachions alors que leurs profils restent dans nos fichiers. Ainsi, nous avons annoncé des correspondances avec des gens qui n’étaient plus là… haha. Aussi, si le mur des Post-it marche et déclenche une certaine convivialité, il nous semble tout de même insuffisant et trouvera toutes ses limites lors d’un évènement plus grand.

Solidarité, mais pas que …

Bien que la notion de solidarité plaise car elle est peu commune dans ce milieu, les petits entrepreneurs ont presque tous des problématiques de prospection et de recherche d’opportunités business. Les besoins qui ont été le plus exprimés dans les questionnaires était la recherche de clients et la collaboration avec d’autres indépendants. Alors comment mettre à profit cette solidarité pour qu’elle puisse devenir génératrice de nouveaux clients ? C’est l’une des questions à laquelle nous allons essayer de répondre même si nous sommes persuadés qu’adopter une démarche d’entraide désintéressée est un excellent moyen de se faire connaître et recommander.

… et de nouvelles conclusions

Elles sont nombreuses et vont presque toutes vers la création d’une application totalement dédiée.

  1. Garantir la présence : inscription payante (incluant une consommation par exemple) ou incitative ;

  2. Garantir la présence d’une correspondance utile : connaître les profils de chacun avant d’aller à l’évènement et savoir à l’avance qui rencontrer potentiellement.

  3. Déclarer ses besoins et compétences : aider à la prise de conscience des capacités de chacun et aider à l’expression d’un besoin au travers de divers scénarios et exemples, avec deux questions principales « qu’est-ce qui pourrait m’aider ? » et « que puis-je apporter au delà de mon expertise métier ? ».

  4. Notification de matching : notifier via une application mobile les matchings, en plus de la diffusion sur écran. Animation avec annonce au micro dès qu’un matching est trouvé.

  5. Perception de l’avantage à être solidaire : introduire la notion d’échange de bons procédés, de troc ou de passerelle vers la génération de business. Valoriser chaque action solidaire afin de se mettre en avant. Valoriser les coups de mains donnés qui ont fait avancer concrètement les demandeurs et témoignent des capacités du donneur.

En somme, il nous faudra créer des profils solidaires et créer un outil de déclaration de besoins. L’ensemble permettra ensuite de générer quasi automatiquement des correspondances tout en signifiant les conditions du coup de main solidaire.

Ce Petit Apéro #3 fut globalement très positif. Au-delà du nombre de participants croissant, nous avons encore avancé d’un cran dans la conception de Solidating. Tout va vers une application dédiée, qui sera utilisable à tous moments, et sera le support idéal lors des évènements avec un système de détection intelligent. La gestion des participants, de leurs profils et des rencontres doit passer par un outil digital, surtout si nous visons un événement de plus grande ampleur. Cet outil nous permettrait d’automatiser et de fluidifier tous les process, tout en concentrant nos efforts pendant la soirée sur l’animation, l’humain et les rencontres.
Nous avons suffisamment d’éléments pour pouvoir travailler et avancer sur le développement de l’application Solidating et son pendant événementiel. Nous avons décidé pour le prochain Petit Apéro de faire simple et de juste boire des coups avec ses semblables et moins semblables. Nous testerons cependant en début de soirée l’organisation d’un Petit Atelier sur le thème « comment trouver le partenaire idéal ? ». Pour en savoir plus rendez-vous sur : LPA#4 - GRENOBLE : RDV LE 18 MAI AU CAFÉ NOMADE)

Bonus Focus Petit Entrepreneur

Alexis BEDOIN

Alexis BEDOIN

« Ingénieur de formation, je suis arrivé sur Grenoble pour travailler dans la recherche en micro-électronique. Attentif à mes modes de consommation, je découvre de nombreux moyens de manger bon et local avec les AMAP ou la Charette Bio. Et pour le reste, les objets que l’on utilise tous les jours, quelles sont les alternatives aux produits industriels et importés ? Mes recherches sur Internet restent sans succès, je découvre pourtant que le choix des objets fabriqués ici est vaste ! Diversité d’usage, diversité de styles, et autant d’artisans fascinés par leur métier…. Parmi eux, Jacques BEAUMIER, fabricant de meubles en bois, avec qui je crée l’association C’est Fait ici. » C’est Fait ici apporte aux consommateurs les infos dont ils ont besoin pour rencontrer ces acteurs du « fabriquer local » : gammes d’objets et de prix, engagements et méthodes de fabrication, le tout agrémenté de photos d’ateliers qui font rêver. Aux artisans, ils apportent de la visibilité sur le web, des opportunités de commercialisation et un esprit réseau. L’association loi 1901 a été créée en septembre 2015 et devrait évoluer en SCIC1. Elle emploie aujourd’hui deux salariés.

Il aime ? Aller dans un atelier et découvrir la passion de l’artisan qu’il a en face de lui.
Il déteste ? Quand ses voisins de la pépinière la Pousada mettent en route l’alarme le soir alors qu’il travaille encore d’arrache-pied.
Ses supers pouvoirs : Croire que tout est toujours possible. Garder l’espoir, en toutes situations, même les plus extrêmes.
Son site web : www.cestfaitici.fr