Revue de Presse

Revue de l’entrepreneur empereur

Publié le 8 avril 2016 par Garance Dansette et David Délis
C’est le week-end, mais pour un entrepreneur passionné, ça ne s‘arrête jamais. Alors on vous propose un petit « récap’ actu’ » tout en puissance et en fierté, pour ne pas rater une bataille ! Au programme, ubérisation, économie collaborative, stratégie de l’usage du temps, choix critique de sa région et choix sympathique de sa mascotte, le tout ponctué par du blogging féminin, et quelques joies sociales et fiscales pour les plus en forme d’entre-vous.

Juste ici-là, un récital Les petits entrepreneurs pour bien commencer ces deux jours de délassement et d’agrément. Quelques articles soigneusement choisis pour accompagner week-end et nourrir vos réflexions entrepreneuriales, alimenter vos pensées affranchies, ou encore sustenter vos doutes qui chiffonnent.

L’entrepreneur empereur en quelques faits et conseils

La guerre (du travail) pour tous

Ubérisation, économie collaborative … on n’en a vraiment pas fini avec ! Dans l’idée, ça concerne presque tout le monde, ce tout le monde qui entreprend sans être entrepreneur. L’économie collaborative s’est fortement développée dans l’optique d’avoir un complément de revenu, ce qui reste une problématique universelle. Seulement, elle s’est développée à une telle vitesse que les normes juridiques n’ont pas encore eu le temps de la rattraper … sacré brouillard (de guerre) où l’on tente de comprendre ce qui distingue l’aspirant guerrier du chevalier professionnel.

L’article : Économie collaborative : quand devient-on professionnel ? (Le Point, avril 2016)

Devenir stratège

Et comme l’entrepreneur se doit d’être sur tous les fronts, il lui faut organiser son temps comme le plus fin des stratèges. Voici un émissaire des plus émérites qui nous rapporte de précieux conseils, mais sous un angle anthropomorphique, en prêtant à chaque problème de gestion temporelle un animal-démon.

L’article : Sept démons qui vous font perdre un temps fou (l’Express, février 2016)

Choisir son fief

Capital truande et massacre cette géniale carte interactive de la France qui vous présente les régions les plus attractives pour les entreprises (Capital tire quelques conclusions utiles tout de même).

Facilité de création, facilité de recrutement, impôts … et de nombreux autres critères ont été évalués en 2014 et 2015 grâce aux contributions de 20 000 chefs d’entreprises dont la majorité sont des TPE et indépendants. Comment évalueriez-vous votre ville en terme d’accompagnement pour les petites entreprises ? La carte ci-dessous répond à cette question. Nous, on a choisi Grenoble, soit le top…et Grenoble nous a choisi, soit le top…  : ) En tous cas, plus d’excuse, votre fief est à portée de clic !

carte interactive de la France qui vous présente les régions les plus attractives pour les entreprises

L’article : Création d’entreprise : la France ne manque pas d’atouts pour les entrepreneurs ! (Capital - Management, Novembre 2015)

La carte : Sondage PME 2014 / 2015 (StarOfService, 2015)

Choisir sa monture

Non contents de truster les premières places du web et des vidéos Youtube, voilà que l’on conseille ces petits félins comme mascotte stratégique de l’entrepreneur …

  • Option 1 : vous avez envie d’un chat au bureau, mais votre collègue préfère les poissons ? Voici de quoi lui faire avaler la pâtée en douceur.

  • Option 2 : Vous avez déjà un chat ; ses yeux dédaigneux commencent vraiment à vous taper sur le système, et vous songez à vous en séparer en l’offrant tel un nouveau joujou à Kiki, l’épagneul breton de tonton Guy ? Voici de quoi vous rebrousser le poil vite fait bien fait.

Au demeurant, on ne vous garantit pas : irez-vous finalement très loin en ménageant cette monture ? Au moins, vous aurez moins de chagrin.

Article : Des chats pour mieux entreprendre ? (My-business-plan.fr)

Les nouveaux petits empereurs indépendants

Vous n’êtes pas encore tout à fait convaincus que bientôt, les petits entrepreneurs (les indépendants et les TPE) vont dominer le monde (ou le marché du travail, c’est selon…) ? Il y a pourtant des gens très sérieux qui se penchent sur la question ; et c’est très intéressant, car cet article est notamment adressé à la jeunesse. C’est sur elle principalement que repose la responsabilité de cette évolution, notamment au travers « des arbitrages [à faire] entre diverses perspectives : faire carrière ou vivre de peu, jongler entre des tâches alimentaires et des activités de prédilection, s’investir comme un fou dans un travail exaltant ou opter pour le rythme allegro ma non troppo1. »

Article : Travail indépendant, l’essor des actifs aux semelles de vent (Telos, avril 2016)

CFE : casque en mousse ou en acier, ça dépend du métier !

Nouvelle défense (en mousse) pour le micro-entrepreneur lambda :

  • vous êtes immatriculés, mais vos recettes sont égales à… rien ? Bonne nouvelle ! Vous n’êtes pas imposables à la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises).

  • vous êtes immatriculés, mais vos recettes sont égales à… presque rien ? Mauvaise nouvelle ! Vous êtes imposables à la CFE, même si vous travaillez de chez vous, même si vous êtes sympa, et même si vous avez adopté un chat comme monture. Néanmoins, il existe encore là de nombreuses exceptions, et vous faites peut-être partie de ces heureux élus !2

Plus de précisions : Du chaud et du froid pour la CFE dans les petites entreprises (Boursorama, avril 2016)

Bonus !

Récits de batailles d’une impératrice indépendante

Mon petit coup de coeur : une freelance aux multiples casquettes, installée à Barcelone, qui tient un blog où elle raconte et analyse régulièrement les différents évènements et étapes dans le parcours d’un indé.

Un article : Freelance : gerer l’insecurité (nomadsheart, Anissa, Avril 2016)